Centre-Val de Loire

Un exposé sur la région Centre-Val de Loire et ses principales villes : Orléans, Tours, Chartres, Pithiviers, ainsi que les châteaux de la Loire (Chambord, Chenonceau et Blois).

Parenté : Europe France


Orléans

L'histoire de cette ville, importante dans l'histoire de France, fut fortement marquée par le passage de Jeanne d'Arc, qui a sa statue sur la place du Martroi, et dont l'histoire est racontée sur les vitraux de la cathédrale.

[Cliquez pour agrandir : 83 Kio] Orléans - La place du Martroi. [Cliquez pour agrandir : 74 Kio] Orléans - La place du Martroi. [Cliquez pour agrandir : 80 Kio] Orléans - La place du Martroi : statue de Jeanne d'Arc. [Cliquez pour agrandir : 62 Kio] Orléans - La place du Martroi : statue de Jeanne d'Arc.

La cathédrale Sainte-Croix

La cathédrale Sainte-Croix, construite du XVIIe siècle au XIXe siècle possède des vitraux racontant l'histoire de Jeanne d'Arc.

[Cliquez pour agrandir : 115 Kio] Orléans - La cathédrale. [Cliquez pour agrandir : 99 Kio] Orléans - La cathédrale. [Cliquez pour agrandir : 113 Kio] Orléans - La cathédrale. [Cliquez pour agrandir : 66 Kio] Orléans - La cathédrale et le marché médiéval. [Cliquez pour agrandir : 82 Kio] Orléans - La cathédrale. [Cliquez pour agrandir : 102 Kio] Orléans - La cathédrale : la nef. [Cliquez pour agrandir : 98 Kio] Orléans - La cathédrale : vitrail : le martyre de Jeanne-d'Arc. [Cliquez pour agrandir : 85 Kio] Orléans - La cathédrale : la nef et le transept. [Cliquez pour agrandir : 81 Kio] Orléans - La cathédrale : le déambulatoire. [Cliquez pour agrandir : 134 Kio] Orléans - La cathédrale : détail d'un vitrail : Saint-Euverte et Sainte-Hélène. [Cliquez pour agrandir : 86 Kio] Orléans - La cathédrale : vitrail. [Cliquez pour agrandir : 95 Kio] Orléans - La cathédrale : la nef et l'orgue. [Cliquez pour agrandir : 115 Kio] Orléans - La cathédrale : l'orgue. [Cliquez pour agrandir : 95 Kio] Orléans - La cathédrale : le chœur. [Cliquez pour agrandir : 101 Kio] Orléans - La cathédrale : le chœur. [Cliquez pour agrandir : 107 Kio] Orléans - La cathédrale : les vitraux du chœur. [Cliquez pour agrandir : 117 Kio] Orléans - La cathédrale : vitrail : le procès de Jeanne d'Arc. [Cliquez pour agrandir : 120 Kio] Orléans - La cathédrale : vitrail.

L'église Saint-Paterne

Elle est assez lumineuse. Ses vitraux sont modernes.

[Cliquez pour agrandir : 72 Kio] Orléans - L'église Saint-Paterne : l'extérieur. [Cliquez pour agrandir : 92 Kio] Orléans - L'église Saint-Paterne : la nef. [Cliquez pour agrandir : 108 Kio] Orléans - L'église Saint-Paterne : la nef. [Cliquez pour agrandir : 133 Kio] Orléans - L'église Saint-Paterne : vitrail. [Cliquez pour agrandir : 125 Kio] Orléans - L'église Saint-Paterne : vitrail. [Cliquez pour agrandir : 43 Kio] Orléans - L'église Saint-Paterne : statue de la Vierge.

Les transports

Orléans dispose d'un système de tramways et d'une gare, desservie par plusieurs TER mais pas encore par le TGV.

[Cliquez pour agrandir : 94 Kio] Orléans - La gare. [Cliquez pour agrandir : 116 Kio] Orléans - Tramway. [Cliquez pour agrandir : 117 Kio] Orléans - Tramway.

Tours

Tours est la principale ville de la région Centre-Val de Loire et la capitale de la Touraine. Elle est située sur la Loire.

Les premiers évêques de Tours furent Saint Gatien, Saint Lidoire, Saint Martin et Saint Brice.

[Cliquez pour agrandir : 74 Kio] Tours - La Loire. [Cliquez pour agrandir : 131 Kio] Tours - La Loire. [Cliquez pour agrandir : 73 Kio] Tours - La Loire.

La cathédrale Saint-Gatien

Cette cathédrale de style gothique rayonnant et flamboyant fut construite entre les XIIe et XVIe siècles. Le chœur est du XIIIe siècle et la nef ne fut achevée qu'au XVe siècle. Elle mesure près de 100 m de long et a une hauteur sous voûte de 29 m.

Les hauts des tours, qui s'élèvent à 68 et 69 m, datent du XVIe siècle et furent construits dans le style renaissance.

[Cliquez pour agrandir : 72 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vue générale. [Cliquez pour agrandir : 79 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : la façade. [Cliquez pour agrandir : 91 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : la façade : détail. [Cliquez pour agrandir : 160 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : la façade : détail.

Le buffet d'orgue, qui date du début du XVIIe siècle est un chef d'œuvre.

Dans une chapelle se trouvent le tombeau et les gisants des Enfants de France, qui sont ceux de Charles VIII et Anne de Bretagne, morts en bas âge.

[Cliquez pour agrandir : 101 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : la nef. [Cliquez pour agrandir : 98 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : la croisée du transept. [Cliquez pour agrandir : 98 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : l'orgue : vue générale. [Cliquez pour agrandir : 110 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : l'orgue. [Cliquez pour agrandir : 128 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : l'orgue : détail. [Cliquez pour agrandir : 96 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : le tombeau des Enfants de France. [Cliquez pour agrandir : 79 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : statue de la Vierge à l'Enfant. [Cliquez pour agrandir : 85 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : le chœur. [Cliquez pour agrandir : 109 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : le chœur. [Cliquez pour agrandir : 84 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : l'entrée.

L'édifice comporte de magnifiques vitraux, dont la plupart datent du XIIIe siècle. Les roses du transept sont du XIVe siècle et celle de la façade du XVe siècle.

[Cliquez pour agrandir : 151 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitraux du chœur. [Cliquez pour agrandir : 140 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitrail de la Nativité. [Cliquez pour agrandir : 86 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitrail de la Nativité : détail. [Cliquez pour agrandir : 100 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitrail. [Cliquez pour agrandir : 145 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitraux. [Cliquez pour agrandir : 150 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitrail : détail. [Cliquez pour agrandir : 138 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitrail : détail. [Cliquez pour agrandir : 104 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitrail. [Cliquez pour agrandir : 127 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitrail : détail. [Cliquez pour agrandir : 165 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitrail : détail. [Cliquez pour agrandir : 133 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitrail. [Cliquez pour agrandir : 141 Kio] Tours - La cathédrale Saint-Gatien : vitraux.

La basilique Saint-Martin

Elle est construite sur l'emplacement de la tombe de Saint Martin, troisième évêque de Tours, mort en 397. Une chapelle fut d'abord construite en ce lieu par Saint Brice, puis une basilique par Saint Perpet, consacrée en 471.

Saint Martin a une importance capitale dans l'histoire de la France et de l'Église. Né en 316 en Hongrie, son père le nomme ainsi en l'honneur du dieu Mars et l'oblige à devenir soldat. En 355, il démissionne et se consacre à Dieu. En 317, les habitants de Tours lui imposent de devenir leur évêque. Lui continuera à s'habiller de manière austère et n'aura de cesse d'évangéliser les campagnes (alors païennes, mot qui a donné « paysan »), à une époque où seules les villes sont chrétiennes. Il fonde également un ordre monastique (dont les moines deviendront des chanoines après la réforme capétienne). Après sa mort, son tombeau deviendra le plus important lieu de pélerinage d'Occident, avant celui de Compostelle. C'est sa cape, ou « chape » qui est conservée à Tours, qui donnera le mot « chapelle ». Son rayonnement est tel qu'aujourd'hui en France, plus de 400 villages et 4000 églises s'appellent « Saint-Martin ».

Suite à plusieurs incendies, différents édifices furent construits et reconstruits. Seules la tour Charlemagne et la tour de l'horloge subsistent de l'édifice du XIe siècle.

La basilique, en ruines, fut détruite en 1798. L'église actuelle date du XIXe siècle. La tour Charlemagne, qui a abrité le tombeau de Luitgarde, épouse de Charlemagne, a servi de beffroi, de fonderie de plomb et de château d'eau. Effondrée en 1928, elle fut restaurée par une association de 1933 à 1964.

[Cliquez pour agrandir : 73 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : vue générale. [Cliquez pour agrandir : 80 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : vue générale. [Cliquez pour agrandir : 86 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : le porche. [Cliquez pour agrandir : 97 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : la tour Charlemagne. [Cliquez pour agrandir : 54 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : la tour de l'horloge. [Cliquez pour agrandir : 80 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : la tour Charlemagne.

L'intérieur de l'édifice est remarquable par sa voûte et sa coupole, ainsi que par ses vitraux. Les murs et la voûte de la crypte, qui contient le tombeau de Saint Martin, sont couverts d'ex-voto.

[Cliquez pour agrandir : 93 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : le chœur. [Cliquez pour agrandir : 89 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : la nef. [Cliquez pour agrandir : 78 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : autel de Saint Joseph. [Cliquez pour agrandir : 101 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : la coupole. [Cliquez pour agrandir : 94 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : vitraux. [Cliquez pour agrandir : 59 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : la crypte et le tombeau de Saint Martin. [Cliquez pour agrandir : 103 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : le tombeau de Saint Martin. [Cliquez pour agrandir : 82 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : la crypte et ses ex-voto. [Cliquez pour agrandir : 85 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : l'entrée et l'orgue. [Cliquez pour agrandir : 94 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : l'orgue. [Cliquez pour agrandir : 85 Kio] Tours - La basilique Saint-Martin : la voûte.

Le château

Le château de Tours date du XIIe siècle : ses tours appartenaient à l'ancien château construit par Henri II Plantagenêt en 1160. Le bâtiment Nord date du XVIe siècle et le bâtiment Ouest du XVIIIe siècle.

[Cliquez pour agrandir : 69 Kio] Tours - Le château. [Cliquez pour agrandir : 66 Kio] Tours - Le château et la cathédrale Saint-Gatien. [Cliquez pour agrandir : 87 Kio] Tours - Le château.

Chartres

La ville est située sur l'Eure qu'enjambent des dizaines de ponts. L'office de tourisme est une maison à colombages du XVIe siècle.

La cathédrale Notre-Dame

Elle est la destination de plusieurs pélerinages partant de Paris, à la suite de ceux de Charles de Péguy.

Elle contient un labyrinthe de 276 dalles ; il faut marcher 261 m pour en parcourir la boucle. L'angle Sud comporte deux animaux sculptés : un âne tenant une lyre et une truie qui file. Ces statues du XIIIe siècle représentent des proverbes de l'époque.

Près de la porte centrale du portail Nord, on peut admirer une statue de Dieu créant le Soleil et la Lune. Le Père est représenté jeune, avec les traits de Jésus. Un ange masculin et un féminin portent le Soleil et la Lune, représentés par des disques. Un peu plus loin sur le même portail, Dieu crée Adam, en le modelant de la terre.

[Cliquez pour agrandir : 62 Kio] Chartres - La cathédrale Notre-Dame.

Les châteaux de la Loire

Le bassin de la Loire contient plus de cinquante châteaux, datant de la Renaissance pour la plupart. Chambord, Chenonceau et Blois sont situés entre Orléans et Tours.

Château de Chambord

Ce château de la Renaissance fut d'abord (comme le château de Versailles) un pavillon de chasse. Il a été construit pour François Ier entre 1519 et 1547, mais celui-ci n'y séjournera finalement que fort peu (72 jours au total, sur ses 32 ans de règne). Sa construction sera continuée par Henri II puis achevée en 1685 par Louis XIV, qui y fera même jouer Molière.

Sa taille est impressionnante : il s'élève jusqu'à 56 mètres de haut et sa façade mesure 156 mètres. Il compte 426 pièces, 77 escaliers et 282 cheminées !

[Cliquez pour agrandir : 57 Kio] Chambord - Le château : vue générale. [Cliquez pour agrandir : 71 Kio] Chambord - Le château : vue générale.

C'est sans doute Léonard de Vinci, que François Ier a fait venir en France en 1516, qui a dessiné son escalier en double-hélice. C'est un chef-d'œuvre d'architecture : deux personnes peuvent le prendre en sens inverse sans se croiser !

[Cliquez pour agrandir : 56 Kio] Chambord - Le château : l'escalier en double hélice. [Cliquez pour agrandir : 60 Kio] Chambord - Le château : l'escalier en double hélice. [Cliquez pour agrandir : 63 Kio] Chambord - Le château : l'escalier en double hélice en contre-plongée.

L'ensemble du château a une architecture très symétrique, en particulier dans le donjon où chaque étage se décompose en quatre appartements identiques.

La chapelle, terminée par Jules Hardouin-Mansart est la plus grande pièce du château.

[Cliquez pour agrandir : 72 Kio] Chambord - Le château : la chapelle.

Le château a été habité par Stanislas Ier Leszczyński. Il fut finalement racheté par l'État français en 1930.

[Cliquez pour agrandir : 88 Kio] Chambord - Le château : escalier extérieur. [Cliquez pour agrandir : 76 Kio] Chambord - Le château : la salamandre, emblème de François Ier. [Cliquez pour agrandir : 86 Kio] Chambord - Le château : les décorations des toits. [Cliquez pour agrandir : 81 Kio] Chambord - Le château : les décorations des toits. [Cliquez pour agrandir : 107 Kio] Chambord - Le château : escalier extérieur. [Cliquez pour agrandir : 69 Kio] Chambord - Le château : les décorations des toits.

Chambord possède le plus grand parc forestier fermé d'Europe, d'une superficie équivalente à celle de Paris intra muros (5440 hectares), ceint par un mur de 32 kilomètres, ainsi que d'importantes collections d'œuvres artistiques (peintures, sculptures, tapisseries) et d'objets fonctionnels (plus de 3000).

[Cliquez pour agrandir : 73 Kio] Chambord - Le château : l'escalier en double hélice. [Cliquez pour agrandir : 102 Kio] Chambord - Le château : salon. [Cliquez pour agrandir : 80 Kio] Chambord - Le château : faisants empaillés. [Cliquez pour agrandir : 107 Kio] Chambord - Le château : renards et grive empaillés. [Cliquez pour agrandir : 91 Kio] Chambord - Le château : salon. [Cliquez pour agrandir : 112 Kio] Chambord - Le château : chambre. [Cliquez pour agrandir : 105 Kio] Chambord - Le château : chambre. [Cliquez pour agrandir : 140 Kio] Chambord - Le château : salon.

Une église de style néoclassique se trouve à côté du château.

[Cliquez pour agrandir : 76 Kio] Chambord - Église proche du château.

Château de Chenonceau

Histoire

Commandé par Thomas Bohier, receveur général des finances de Normandie, et Katherine Briçonnet, sa femme, au XVIe siècle (armes visibles sur la porte d'entrée, sous la salamandre de François Ier), le château lui-même est construit à la place d'un ancien moulin sur le Cher. Sur la rive se trouve l'avant-cour, où se dressait auparavant un château-fort dont ne subsiste que la tour des Marques et son puits.

Leur fils, Antoine Bohier, hérite du château, mais devra l'abandonner au profit de François Ier à la suite d'un contrôle des comptes royaux.

Chenonceau fut la propriété du roi Henri II, qui en fit don à sa favorite Diane de Poitiers. Celle-ci le modernisera et lui ajoutera des jardins splendides, mais dut le restituer à Catherine de Médicis, en échange de Chaumont-sur-Loire, à la mort d'Henri II, en 1559. Catherine de Médicis poursuivra la réforme de tout le domaine, pour en augmenter les revenus, améliorera les jardins et y fera donner des fêtes fastueuses.

Louise Dupin en fut propriétaire au XVIIIe siècle et y fait travailler Jean-Jacques Rousseau (des philosophes des Lumières) comme précepteur de son fils.

Le château a joué un rôle dans chacune des deux guerres mondiales. Il a en effet hébergé un hôpital pendant la première, et, situé à cheval entre les deux zones, a permis le passage de nombre de personnes de la zone occupée vers la zone libre pendant la seconde.

[Cliquez pour agrandir : 74 Kio] Chenonceau - Le château, sur le Cher. [Cliquez pour agrandir : 69 Kio] Chenonceau - Le château, sur le Cher. [Cliquez pour agrandir : 82 Kio] Chenonceau - Le château, sur le Cher. [Cliquez pour agrandir : 75 Kio] Chenonceau - La tour des Marques. [Cliquez pour agrandir : 75 Kio] Chenonceau - La tour des Marques. [Cliquez pour agrandir : 92 Kio] Chenonceau - Détail des toits du château. [Cliquez pour agrandir : 68 Kio] Chenonceau - Le Cher. [Cliquez pour agrandir : 46 Kio] Chenonceau - Le Cher.

Visite

Les salles remarquables du château sont :

[Cliquez pour agrandir : 86 Kio] Chenonceau - Le château : la salamandre de François Ier, sur le linteau de la porte d'entrée. [Cliquez pour agrandir : 77 Kio] Chenonceau - Le château : la voûte du vestibule d'entrée . [Cliquez pour agrandir : 75 Kio] Chenonceau - Le château : la salle des gardes. [Cliquez pour agrandir : 107 Kio] Chenonceau - Le château : le chœur de la chapelle. [Cliquez pour agrandir : 67 Kio] Chenonceau - Le château : la tribune royale de la chapelle. [Cliquez pour agrandir : 98 Kio] Chenonceau - Le château : la chambre de Diane de Poitiers. [Cliquez pour agrandir : 86 Kio] Chenonceau - Le château : la chambre de Diane de Poitiers. [Cliquez pour agrandir : 109 Kio] Chenonceau - Le château : le plafond ouvragé de la librairie. [Cliquez pour agrandir : 68 Kio] Chenonceau - Le château : la galerie. [Cliquez pour agrandir : 91 Kio] Chenonceau - Le château : la galerie. [Cliquez pour agrandir : 75 Kio] Chenonceau - Le château : la galerie. [Cliquez pour agrandir : 56 Kio] Chenonceau - Le château : la galerie. [Cliquez pour agrandir : 69 Kio] Chenonceau - Le château : les cuisines. [Cliquez pour agrandir : 73 Kio] Chenonceau - Le château : les cuisines. [Cliquez pour agrandir : 68 Kio] Chenonceau - Le château : les cuisines. [Cliquez pour agrandir : 82 Kio] Chenonceau - Le château : les cuisines. [Cliquez pour agrandir : 88 Kio] Chenonceau - Le château : le salon de Louis XIV. [Cliquez pour agrandir : 87 Kio] Chenonceau - Le château : la chambre des cinq reines. [Cliquez pour agrandir : 117 Kio] Chenonceau - Le château : la chambre de Catherine de Médicis.

Jardins et domaine

Le jardin de Diane de Poitiers est accessible en passant devant la Chancellerie, la maison du régisseur, qui date du XVIe siècle. Il dispose d'un jet d'eau et est assez surélevé par rapport au cours du Cher.

[Cliquez pour agrandir : 109 Kio] Chenonceau - Les jardins de Diane de Poitiers. [Cliquez pour agrandir : 105 Kio] Chenonceau - Les jardins de Diane de Poitiers. [Cliquez pour agrandir : 86 Kio] Chenonceau - Les jardins de Diane de Poitiers. [Cliquez pour agrandir : 78 Kio] Chenonceau - Les jardins de Diane de Poitiers. [Cliquez pour agrandir : 78 Kio] Chenonceau - Les jardins de Diane de Poitiers et le château. [Cliquez pour agrandir : 69 Kio] Chenonceau - Les jardins de Diane de Poitiers, surélevés par rapport au Cher.

Le jardin de Catherine de Médicis est plus petit et dispose lui aussi d'un bassin.

[Cliquez pour agrandir : 113 Kio] Chenonceau - Les jardins de Catherine de Médicis. [Cliquez pour agrandir : 77 Kio] Chenonceau - Les jardins de Catherine de Médicis et le château.

Le bâtiment des Dômes date du XVIe siècle et a abrité les écuries. Du temps de Catherine de Médicis, il abritait aussi un élevage de vers à soie, utilisés pour la production du « drap de la Reine », qui était tissé à Orléans.

[Cliquez pour agrandir : 70 Kio] Chenonceau - Les jardins : l'entrée de la cour d'honneur. [Cliquez pour agrandir : 126 Kio] Chenonceau - Les jardins : le bâtiment des Dômes. [Cliquez pour agrandir : 96 Kio] Chenonceau - Les jardins : la Chancellerie. [Cliquez pour agrandir : 99 Kio] Chenonceau - Les jardins : la Chancellerie. [Cliquez pour agrandir : 112 Kio] Chenonceau - Les jardins : le restaurant « l'Orangerie ». [Cliquez pour agrandir : 99 Kio] Chenonceau - Les jardins : ferme du XVIè siècle.

Château de Blois

Le château de Blois, comme le château de Chambord, possède un escalier double, mais extérieur et plus connu.

Ce château comporte des éléments datant du XIIIe siècle au XVIIe siècle en passant par Louis XII (qui y est né), François Ieret Louis XIII.

[Cliquez pour agrandir : 88 Kio] Blois - Le château : aile François Ier. [Cliquez pour agrandir : 81 Kio] Blois - Le château : aile Louis XII. [Cliquez pour agrandir : 111 Kio] Blois - Le château : l'escalier en double hélice. [Cliquez pour agrandir : 110 Kio] Blois - Le château : statue équestre de Louis XII, au dessus de son symbole : le porc-épic. [Cliquez pour agrandir : 68 Kio] Blois - La cathédrale Saint-Louis : vue du château

Biographies

Biographie de Jules Hardouin-Mansart

Architecte français né le 16 avril 1646 à Paris ; décédé le 11 mai 1708 à Marly-le-Roi.

Jules Hardouin-Mansart, petit-neveu de François Mansart, fut un des continuateurs du classicisme. En 1681, il est premier architecte de Louis XIV. Le roi l'a anobli, lui a donné le titre de comte de Sagonne et de surintendant général des bâtiments royaux. Il a porté l'art versaillais à son apogée. Il a réalisé un grand nombre de bâtiments au château de Versailles dont : la galerie des Glaces, les grandes ailes, les écuries, la seconde orangerie, la façade sur le parc, le Grand Trianon et la chapelle royale.

[Cliquez pour agrandir : 62 Kio] Nancy - La place Stanislas : statue de Stanislas.

Biographie de Stanislas Ier Leszczyński

Roi de Pologne et duc de Lorraine né le 20 octobre 1677 à Lwów (Pologne) ; décédé le 23 février 1766 à Lunéville (Lorraine).

Élu roi de Pologne en 1704, il fut chassé du trône en 1709. En 1723, sa fille, Marie Leszczyński épouse Louis XV. À la suite de différents accords, il prend possession des duchés de Lorraine et de Bar en 1737, territoires qu'il modernisera en faisant construire des bâtiments publics pour les soins et la culture et qui reviendront à la couronne de France à sa mort, en 1766.

Autres villes et villages

Pithiviers

L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire

L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire fut contruite à partir de 1080, sur ordre de l'évêque d'Orléans, Raynier de Flandres. Le bâtiment originel fut en partie détruit pendant le Moyen-Âge et il n'en reste que le chœur et l'abside. L'église fut réparée et agrandie aux XVIe et XVIIe siècles. La flèche, récente, mesure 83 mètres.

[Cliquez pour agrandir : 92 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : la façade. [Cliquez pour agrandir : 72 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : le clocher. [Cliquez pour agrandir : 77 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : le clocher : détail. [Cliquez pour agrandir : 100 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : l'extrémité du transept. [Cliquez pour agrandir : 79 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : le transept. [Cliquez pour agrandir : 78 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : les contreforts. [Cliquez pour agrandir : 76 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : les contreforts.

À l'intérieur se trouvent un retable de 1658 ainsi qu'un orgue de 1789, modifié en 1890 par Cavaillé-Coll. Le vitrail au-dessus du chœur représente Saint-Salomon.

[Cliquez pour agrandir : 103 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : l'orgue. [Cliquez pour agrandir : 91 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : l'orgue. [Cliquez pour agrandir : 94 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : le retable. [Cliquez pour agrandir : 97 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : le chœur. [Cliquez pour agrandir : 118 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : vitrail du chœur. [Cliquez pour agrandir : 79 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : côté de la nef. [Cliquez pour agrandir : 145 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : vitrail. [Cliquez pour agrandir : 117 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : chapelle de Saint-Grégoire. [Cliquez pour agrandir : 92 Kio] Pithiviers - L'église Saint-Salomon-Saint-Grégoire : chapelle.

Le château de l'Ardoise

Datant du milieu du XVe siècle, ce bâtiment aurait hébergé Henri IV et Louis XIV. Il est remarquable par sa toiture, en forme de carène de bateau et par le fait qu'il s'agit du premier bâtiment de Pithiviers à disposer d'un toit d'ardoises.

[Cliquez pour agrandir : 76 Kio] Pithiviers - Le château de l'Ardoise.

L'Île-Bouchard

Ce village, situé en Touraine, est célèbre pour son prieuré Saint-Léonard et pour les apparitions mariales qui ont eu lieu en l'église Saint-Gilles.

L'église Saint-Gilles

L'édifice, de style roman est un ancien prieuré du XIe siècle. De cette époque, il ne subsiste que le côté Nord et son portail. La façade et son portail, la nef et le clocher datent du XIIe siècle. Le chœur gothique possède trois vaisseaux et un chevet plat ; il fut reconstruit au XVe siècle grâce aux dons de Charles VII. Les voûtes et les toitures de briques ont été refaites au XIXe siècle. Une des trois cloches est classée monument historique. Le vitrail de Jean-Prosper Florence date de 1801 et s'intitule La bonne mort de Saint Joseph.

Du 8 au 14 décembre 1947, quatre fillettes, Jacqueline et Jeanne Aubry, Nicole Robin et Laura Croizon, disent y avoir vu la Sainte Vierge, accompagnée d'un ange. Elles ont pu embrasser la Vierge et celle-ci leur a demandé de prier pour la France et de fabriquer une grotte qui deviendra par la suite le sanctuaire de Notre-Dame-de-la-Prière.
Les nombreux témoins (il y avait peut-être 2000 personnes dans l'église le dimanche 14 décembre) ont été frappés par certains détails (comme le fait que les jeunes filles embrassaient toutes le même point de l'espace ou encore que Jacqueline soulevait sa sœur et ses amies sans difficulté alors que cela lui était difficile d'ordinaire) et ont tous pu voir un rayon de soleil particulièrement brillant lorsque la Vierge a disparu.
Les pélerinages et le culte public ont été autorisés par Monseigneur André Vingt-Trois, alors archevêque de Tours, le 8 décembre 2001.

[Cliquez pour agrandir : 76 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : vue générale. [Cliquez pour agrandir : 82 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : vue générale. [Cliquez pour agrandir : 80 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : vue générale. [Cliquez pour agrandir : 92 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : porte latérale. [Cliquez pour agrandir : 83 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : la nef. [Cliquez pour agrandir : 83 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : Notre-Dame-de-la-Prière. [Cliquez pour agrandir : 96 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : le vitrail de Saint Gilles. [Cliquez pour agrandir : 131 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : le vitrail de Saint Gilles : détail. [Cliquez pour agrandir : 97 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : le vitrail de la mort de Saint Joseph. [Cliquez pour agrandir : 92 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : l'entrée. [Cliquez pour agrandir : 77 Kio] L'Île-Bouchard - L'église Saint-Gilles : l'orgue.

Yèvre-le-Châtel

Ce village est remarquable par ses deux églises, dont une est en ruines, et son château médiéval.

[Cliquez pour agrandir : 111 Kio] Yèvre-le-Châtel - Porte fortifiée. [Cliquez pour agrandir : 95 Kio] Yèvre-le-Châtel - Le château et l'église Saint-Gault. [Cliquez pour agrandir : 92 Kio] Yèvre-le-Châtel - Maison.

Le château

Le château de Yèvre fut construit sous Philippe Auguste, au début du XIIIe siècle. Il a permis à Yèvre de résister aux Anglais et aux Bourguignons pendant la guerre de Cent ans. Délaissé après le XVIe siècle, il est à présent restauré et visitable.

[Cliquez pour agrandir : 112 Kio] Yèvre-le-Châtel - Le château. [Cliquez pour agrandir : 88 Kio] Yèvre-le-Châtel - Le château. [Cliquez pour agrandir : 113 Kio] Yèvre-le-Châtel - Le château. [Cliquez pour agrandir : 99 Kio] Yèvre-le-Châtel - Le château. [Cliquez pour agrandir : 104 Kio] Yèvre-le-Châtel - Le château.

L'église Saint-Gault

Située près du château, cette église du XIe siècle est entourée d'un muret muni d'un portail d'entrée en forme d'ogive.

[Cliquez pour agrandir : 83 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Gault. [Cliquez pour agrandir : 78 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Gault.

L'église Saint-Lubin

Cette église du XIIIe siècle fut endommagée et pillée pendant les guerres de religion. Elle reste actuellement en ruines. Elle est entourée d'un cimetière.

[Cliquez pour agrandir : 74 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : vue générale. [Cliquez pour agrandir : 70 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : escalier intérieur. [Cliquez pour agrandir : 62 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : l'intérieur. [Cliquez pour agrandir : 72 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : l'intérieur. [Cliquez pour agrandir : 86 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : l'intérieur. [Cliquez pour agrandir : 94 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : l'intérieur. [Cliquez pour agrandir : 127 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : chapiteau. [Cliquez pour agrandir : 93 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : l'intérieur. [Cliquez pour agrandir : 87 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : l'intérieur. [Cliquez pour agrandir : 89 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : porte latérale. [Cliquez pour agrandir : 106 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : fenêtre. [Cliquez pour agrandir : 79 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : l'intérieur. [Cliquez pour agrandir : 113 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : l'intérieur. [Cliquez pour agrandir : 90 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : vue générale. [Cliquez pour agrandir : 86 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : monument du cimetière. [Cliquez pour agrandir : 161 Kio] Yèvre-le-Châtel - L'église Saint-Lubin : croix du cimetière.


Cette page en français a été créée par Peter à partir de notes de voyage, le 30 août 2005 et modifiée pour la dernière fois le 24 août 2016. Son avancement est noté 2/3.